Appel de l’Assemblée Générale Antifasciste

Une AG Antifasciste s’est déroulée hier, regroupant près de 200 personnes devant la Bourse du Travail. La participation a défié tous les pronostics, forçant les participant-es à se réunir dehors, aucune salle disponible ne pouvant contenir la foule présente.

Nous relayons ici une des initiatives de cette Assemblée, qui a acté l’organisation de manifestations tous les soirs pour une durée indéfinie, à 20h place du Ralliement.
L’occasion de se rendre visibles, mais également de se retrouver et de se rencontrer, afin d’entretenir et d’approfondir les liens tissés lors des trois premiers jours de mouvement social.

Plusieurs commissions ont également été formées en vue de l’organisation d’actions, de cantines populaires ou encore de rédaction de tracts. Nous relaieront ici ce qui pourra nous parvenir du travail de ces groupes dans les prochains jours.

La prochaine AG a été fixée à Lundi, 19h à la Bourse du Travail, afin de dresser le bilan des mobilisations de la semaine (y compris des deux manifestations prévues ce samedi) et d’organiser la suite du mouvement.

Source : Angers luttes Infos

RDV 20H – RALLIEMENT

Le fascisme, c’est la gangrène, on l’élimine ou on en crève

Manifestation samedi 15 juin à 11h :

➢ à Angers, place du ralliement
➢ à Cholet à la Mairie
➢ à Segré, Place du Port

Rassemblement à 15h contre les Blancs de l’ouest dans les Halles Biltoki, pas un sou pour les fachos. Rendez-vous promenade Jean Turc.

Choc des savoirs, mobilisation le 19 juin à 13h30

La peste brune à nos portes, l’urgence de la riposte !

La vague conservatrice et fasciste déferle sur l’Union Européenne et la France. Le Front (RN) est arrivé très largement en tête dans notre pays. La faute à un président Macron qui lui déroule le tapis rouge depuis qu’il est au pouvoir, dans la droite ligne de Messieurs Sarkozy et Vals. La faute aussi à la désunion de la Gauche, marqué par un PS revanchard qui souhaite redevenir la première force politique de ce côté de l’échiquier après toutes ses trahisons. Mais le Parti Communiste n’est pas en reste, en tentant un « nationalisme de gauche » le PC ce retrouve sans poids politique.

A nous, anarchistes, libertaires, révolutionnaires, de montrer notre détermination en organisant la contre attaque. Ce n’est pas dans les urnes que la bataille se gagne, mais sur les lieux de travail et dans la rue. Nous espérons que les forces émancipatrices et progressistes ne seront pas criminalisées comme elles le sont depuis le début de l’ère macroniste !

Les syndicats du Maine-et-Loire de la Confédération Nationale du Travail appellent à rejoindre toutes les initiatives pacifiques visant à lutter contre la vague brune.

No Pasaran !

Mobilisation contre la réforme « choc des savoirs »

Soutien à la Kanaky contre l’État colonisateur

Manifestation du 13 mai 2024. Photo: FLNKS

Le projet de loi constitutionnelle modifiant le corps électoral de la Nouvelle-Calédonie expose une nouvelle fois l’autoritarisme du Président de la République et de ses soutiens. Cette modification des règles électorales pour l’élection du Congrès de Nouvelle-Calédonie n’a qu’un objectif: maintenir à tout prix ce territoire sous contrôle de la France. C’est un projet néo-colonial qui nie le droit à l’autodétermination du peuple Kanak et à l’auto-gouvernance de la Nouvelle-Calédonie. Le but étant de donner le droit de vote aux élections des trois provinces Néo-Calédonienne à des métropolitains pour faire pencher la balance du côté de la France.

Pour nous, CNT 49, si l’objectif était celui du droit pour toutes et tous les résidents-es en France de pouvoir voter, alors l’État devrait accorder selon « ses critères » le droit de vote à l’ensemble des gens vivant en France depuis « x années ». Ce n’est évidemment pas le cas. Le gouvernement français et une partie des politiques Calédoniens sont hypocrites, seuls leurs intérêts économiques prime et non l’égalité des droits. La volonté de grand remplacement par les anciens colons et les nouveaux habitants venus de France attirés par le nickel depuis 1960 est évidente.

Le gouvernement porte seul la responsabilité des violences, des destructions, des blessés et des morts dans ces violences qu’il a lui-même déclenché par sa volonté toute puissante de passer en force sans aucune concertation des populations locales.

Nous revendiquons et exigeons :

– le droit de vote pour tous les étrangers en France ;

– la libération et l’abandon des poursuites pour les inculpés des mobilisations en cours ;

– des actions de solidarité ici en France contre les deux projets de loi et en solidarité au mouvement actuel en Kanaky ;

Non au tri social dans l’éducation

Obéir ou réfléchir, subir ou agir, nos choix sont clairs et révolutionnaires !


Les travailleuses et travailleurs de l’éducation de la CNT n’ont pas la moindre intention d’assister sans réagir à la mutation de l’Éducation nationale en machine à broyer la jeunesse à coup de SNU, d’uniforme, de Marseillaise et de compétition scolaire.

Les travailleuses et travailleurs de l’éducation de la CNT ne comptent en aucun cas collaborer à la mise en œuvre de ce programme réactionnaire et démagogique à rebours des valeurs émancipatrices et égalitaires d’un service public d’éducation populaire.

Les travailleurs et travailleuses de l’éducation de la CNT seront en grève et souffleront sur les braises autant qu’il le faudra pour rallumer l’espoir et réduire en cendre l’école capitaliste et le monde qui l’a engendrée.

Pour un 1er mai révolutionnaire !

Gravure de 1886 parue dans le journal Harper’s Weekly représentant le drame de Haymarket Square.

La journée internationale des travailleurs-euses (1er mai), est une journée de lutte du mouvement ouvrier instaurée par la IIe Internationale en 1889. L’occasion pour le monde ouvrier du monde entier de manifester ensemble contre le capital et leurs guerres !

Read the rest of this entry »

Réaction révolutionnaire face à la compétition scolaire

Obéir ou réfléchir, subir ou agir, nos choix sont clairs et révolutionnaires !


Les travailleuses et travailleurs de l’éducation de la CNT n’ont pas la moindre intention d’assister sans réagir à la mutation de l’Éducation nationale en machine à broyer la jeunesse à coup de SNU, d’uniforme, de Marseillaise et de compétition scolaire.

Les travailleuses et travailleurs de l’éducation de la CNT ne comptent en aucun cas collaborer à la mise en œuvre de ce programme réactionnaire et démagogique à rebours des valeurs émancipatrices et égalitaires d’un service public d’éducation populaire.

Les travailleurs et travailleuses de l’éducation de la CNT seront en grève et souffleront sur les braises autant qu’il le faudra pour rallumer l’espoir et réduire en cendre l’école capitaliste et le monde qui l’a engendrée.

Le tri social c’est non ! Nous voulons des moyens !

La CNT du Maine-et-Loire appellent à se joindre à l’ordre de mobilisation du 2 avril dans l’éducation nationale. Pour nous c’est non au tri social !